Mardi, le Sénat a adopté en première lecture le projet de réforme du rail. Le texte a été revu pour faire des concessions aux syndicats. L'État s'engage ainsi à reprendre une partie de la dette de l'entreprise et à ne pas la privatiser, en rendant incessible le capital public de la SNCF. Des modifications jugées insuffisantes par les syndicats, qui prévoient de poursuivre leur mobilisation contre la réforme.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés