Si aucun profil type n'a été dressé par les chercheurs dans les cas de radicalisation de jeunes filles, le phénomène est de plus en plus important. En France, 867 adolescentes ont été signalées pour radicalisation aux autorités. Des cibles idéales pour les extrémistes, qui profitent de la quête d'identité propre à l'adolescence. A l'heure actuelle, 84 français mineurs sont en Syrie, dont une large majorité de filles, à hauteur de 51. Plus inquiétant, l'embrigadement se fait désormais en grande partie via les réseaux sociaux.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés