Ils sont environs 300 à être toujours installés dans la "zone à défendre" de Notre-Dame-des-Landes : quelques dizaines d'habitants historiques et entre 150 et 200 militants.

Publicité

Contenus sponsorisés