L'ambiance sera probablement tendue mardi aux Nations Unies, où après Donald Trump, Hassan Rohani doit prendre la parole devant l'assemblée générale annuelle. Le président iranien est très remonté après l'attentat samedi dans l'ouest du pays dirigé contre les Gardiens de la révolution, l'un des plus meurtriers jamais commis contre ce corps directement dépendant du Guide suprême, l'ayatollah Khamenei.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés