Le verdict dans l'affaire du docteur Bonnemaison est imminent. L'ex-urgentiste est accusé d'avoir délibérément abrégé les jours de sept de ses patients. L'avocat général d'Angers a requis cinq ans avec sursis pour ce second procès en appel.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés