La Cour constitutionnelle du Burundi a tranché ce mardi : le président Pierre Nkurunziza est autorisé à briguer un troisième mandat. Les manifestations contre cette candidature se sont soldées par la mort d'au moins treize personnes ces neuf derniers jours. Que va décider l'opposition ? Quelle sortie de crise peut-on envisager ?

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés