Patrick Henry, condamné en 1977 à la réclusion à perpétuité pour le meurtre d'un enfant, pourrait retrouver la liberté. La cour d'appel de Paris examine jeudi sa demande de libération conditionnelle, obtenue en janvier par le tribunal de Melun, mais bloquée par un appel du parquet. Carine Delaby-Faure, son avocate, regrette que son client n'ait pas suivi de "psychothérapie" en prison.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés