L'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye a été jugée coupable d'abus de pouvoir, de corruption et de coercition par un tribunal de Séoul dans le procès du retentissant scandale à l'origine de sa destitution.

"L'accusée est coupable d'abus de pouvoir", a déclaré le juge Kim Se-yoon, en affirmant notamment que l'ex-présidente avait contraint des entreprises sud-coréennes à verser 77,4 milliards de wons (59 millions d'euros) à deux fondations contrôlées par sa confidente de l'ombre et "amie de 40 ans", Choi Soon-sil.

Première femme élue présidente en Corée du Sud, Mme Park a été destituée et arrêtée en mars 2017 pour toute une série de soupçons de corruption et d'abus de pouvoir qui ont de nouveau illustré les liens malsains entre le pouvoir politique et les grands conglomérats.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés