Le Premier ministre britannique David Cameron a reconnu jeudi avoir détenu des parts dans un fonds offshore appartenant à son père et domicilié aux Bahamas. "Avec mon épouse nous détenions 5.000 actions que nous avons vendues en janvier 2010 pour environ 37.000 euros" a-t-il avoué. L'homme politique a aussi affirmé être désormais irréprochable. Mais cela passe mal auprès des Britanniques, et plusieurs médias demandent sa démission.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés