Depuis le mois de janvier, plus d'une centaine de migrants affluent chaque semaine sur le port de Ouistreham pour tenter de rejoindre l'Angleterre. Avec l'arrêté d'expulsion pris par la préfecture pour démanteler la partie sud de la "jungle" de Calais, les autorités redoutent un afflux encore plus important. La crainte d'un nouveau camp de réfugiés est à craindre selon la municipalité.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés