Pour Omar Raddad, qui a toujours clamé son innocence, l'espoir resurgit. Des traces d'ADN "exploitables" ont été mises en évidence après de nouveaux prélèvements dans l'affaire du meurtre de Ghislaine Marchal en 1991. Gracié mais pas innocenté, Omar Raddad espère obtenir la révision de son procès.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés