26 ouvriers et leurs proches demandent des compensations à Uralita. Le groupe de matériaux de construction espagnol est accusé d’avoir utilisé de l’amiante pour fabriquer son fibrociment jusqu’à son interdiction en 2001. Et ce sont les émissions de ces fibres qui ont causé les maladies pulmonaires. Les ex-employés réclament deux millions d’euros de dommages et intérêts.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés