Leur combat n'est pas terminé. Lundi, le Tribunal de grande instance de Nantes a approuvé l'expulsion des derniers habitants du bocage de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, soit onze familles. Il en reste encore huit, mais elles ont deux mois pour quitter les lieux. Impossible selon eux : "On ira en prison parce qu'on résistera, en deux mois on peut pas déménager une ferme", proteste l'un des agriculteurs de la région.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés