Nicolas Sarkozy, qui défend depuis le premier tour des régionales sa stratégie consistant à ne pas trancher entre le Front national et la gauche, a jugé mardi que le vote en faveur de l'extrême droite n'avait rien d'immoral.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés