L'ancien président la joue fairplay. Il n'en veut à aucun de ses opposants dans la primaire, "la compétition n'a jamais fait de mal à personne".

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés