Nestlé s'engage à 'éliminer le travail forcé' dans sa chaîne d'approvisionnement en Thaïlande. Un cabinet d'avocats américains avait déposé une plainte cet été contre le groupe suisse, l'accusant de soutenir sciemment l'esclavage dans les milieux de la pêche en Thaïlande.

Nestle, qui s'était, jusqu'ici, défendu de telles allégations, a fini par admettre cette semaine des 'préoccupations', concernant des atteintes aux droits de l'Homme et du travail.

Une enquête, mandatée par le géant suisse, a en effet révélé que les travailleurs - des Thaïlandais, des Birmans ou des Cambodgiens - souvent très jeunes, sont sous-payés, battus, et même vendus par des capitaines de bateaux.

Nestlé a annoncé avoir adopté un plan d'action qui prévoit notamment des contrôles réguliers sur les bateaux de pêche.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés