Cinq ans après la mort de Clément Méric, le procès qui s'ouvre ce mardi va tenter d'éclaircir les zones d'ombre autour de son décès. Trois skinhead comparaissent devant les assises de Paris pour la mort de ce jeune militant antifasciste tué lors d'une bagarre en juin 2013.

La rixe avait éclaté alors que des militants d'extrême gauche et des identitaires de l'ultradroite s'étaient retrouvés dans une même vente privée de vêtements. Gravement blessé, l'étudiant de 18 ans, était déclaré mort le lendemain.

Deux des skinhead encourent jusqu'à 20 ans de prison pour violences " ayant entraîné la mort sans intention de la donner ". Mais pour les sympathisants antifascistes qui manifestaient lundi soir à Paris, ce n'est ni plus ni moins qu'un meurtre politique.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés