Plusieurs heures après la publication des photos du corps du petit Aylan, mort noyé, Solveig Gram Jensen, correspondante au quotidien danois Jyllands-Posten, juge que ce cliché sera vite oublié. La journaliste estime que la photographie ne changera pas la vision des européens sur le problème des migrants.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés