La réaction ne s'est pas faite attendre. Le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, est monté au créneau. Si l'Allemagne applique son plan de renvoi des demandeurs d'asile, l'Autriche en fera de même à ses frontières méridionales avec l'Italie et la Slovénie.

Il y a un peu moins d'une semaine, lors d'un exercice, la police et l'armée avait d'ailleurs été déployées à la frontière slovène.

"Une chose est claire pour nous: nous sommes prêts à tous les scénarios et sommes prêts à prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter des dommages non seulement à notre république mais aussi à la population autrichienne. Nous sommes prêts à répondre aux mesures des Allemands. Mettre en place des mesures à nos frontières, en particulier à nos frontières sud. " , a-t-il déclaré.

L'Autriche a pris la tête de la présidence tournante de l'UE. Sebastian Kurz est venu présenter à Strasbourg ses priorités pour les six mois à venir, l'immigration figure évidemment en tête de son agenda.

Pour tenter d'arrondir les angles avec son voisin autrichien, le ministre de l'Intérieur allemand, Horst Seehofer, se rendra à Vienne ce jeudi.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés