Microsoft a annoncé jeudi qu'il allait supprimer jusqu'à 18.000 postes, soit environ 14% de ses effectifs, justifiant sa décision par l'intégration de Nokia et par une réorientation de ses activités.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés