C'est l'envers du décor d'une soirée très festive. Dimanche soir, dans les fans ou sur les Champs Elysée où l'on fêtait la victoire des Bleus, plusieurs femmes disent avoir été victimes d'agressions sexuelles. Des mains aux fesses ou sous les jup es, des baisers forcés, certaines d'entre elles ont déconcé ces actes sur les réseaux sociaux avec le hahstag #metoofoot.

Un hahstag pour mettre en lumière ces actes et les dénoncer. Toutes racontent le choc d'avoir subi ça dans des foules souvent compactes, la soirée gâchée et le dégoût que cela a engendré. C'est le cas d'Alice, une jeune femme qui était dans la fan zone de Nantes.

" J'étais en train de regarder le match avec des amis quand un homme par derrière a sorti son pénis et s'est frotté contre ma cuisse avec insistance pour se mastruber. Et du coup dès que je l'ai vu j'ai tout de suite réagi ."

La jeune fille est alors allée voir les forces de l'ordre mais ne s'attendait pas à une telle réaction.

"Les policiers me disent, qu'il sont uniquement là pour les actes terroristes. Voilà, après je suis partie, je suis rentrée chez moi, j'ai pris une douche pour me faire sortir de tout ça. Et bien, j'ai pas la fête ce jour là."

Aucune tendance à la hausse n'a été constatée dans les grandes agglomérations s'agissant des plaintes pour agressions sexuelles ce soir là. Le préfet de police de Paris appelle toutefois les victimes de tels faits à se faire connaître pour que des investigations soient menées. Même recommandation de la part de Marlène Schiappa la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité hommes-femmes.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés