Récemment, l'un des moines bouddhistes les plus importants de Chine a démissionné après avoir été accusé d'agressions sexuelles par plusieurs religieuses. L'affaire est considérée comme l'un des éléments déclencheurs du mouvement #MeToo en Chine, qui a pris de l'ampleur ces dernières semaines. Le système juridique chinois est mal conçu pour traiter les allégations d'agression en raison de l'ambiguïté des lois. Mais les victimes d'agressions sexuelles et les militants s'emploient à changer cela.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés