Emmanuel Mistralie, porte-parole du Syndicat national des pilotes de ligne, a expliqué lundi sur BFMTV les motivations de son organisation qui menace d'une grève dure à Air France. "Aujourd'hui, les pilotes se sont exprimés massivement à 68% d'entre eux pour recourir si nécessaire à une grève qui s'inscrit dans la durée. ", a-t-il indiqué en réaction à la décision de la compagnie de mettre en oeuvre certaines mesures de productivité négociées en 2012 mais jamais appliquées. "Le but n'est pas d'obtenir un score, un nombre de jours élevé. Le but est de passer un message et de laisser sa place à la négociation", a-t-il précisé.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés