Vidéo associée: 

Publié le 04/10/2017

Mardi noir en Pologne les femmes au front

Corps: 

Des dizaines de milliers de Polonaises, habillées de noir, ont pris d'assaut les rues de Varsovie hier soir pour défendre leurs droits. Il y a tout juste un an, elles avaient pu empêcher une réforme du droit à l'avortement déjà très restrictif en Pologne. Cette fois-ci, elles dénoncent la limitation de l'accès à la pilule du lendemain, l'arrêt du programme national du financement de la fécondation in vitro, et surtout une proposition de loi limitant encore un peu plus le droit à l'IVG. Les Pro-Life souhaiteraient que les malformations des foetus ne figurent plus dans la loi autorisant l'avortement.

'Je suis née dans un Etat séculaire et j'aimerais qu'il le reste. Mais la religion est une affaire privée. Je ne suis absolument pas d'accord avec le fait que le point de vue catholique soit imposé à tous les citoyens de ce pays', explique Agata, manifestante.

En Pologne, l'avortement n'est autorisé qu'en cas de viol, d'inceste, de danger pour la vie de la mère ou de malformation irréversible du foetus et seulement depuis 1993

La nobel de la paix, l'avocate iranienne Shirin Ebadi a apporté son soutien aux femmes polonaises. Dans la manifestation, elle a expliqué que les femmes du monde entier ne faisaient qu'une seule voix, ne devaient faire qu'un front et qu'elles ne devaient pas se taire !

D'autres manifestations, moins importantes, se sont tenues dans les villes de Gdansk (nord), Szczecin (nord-ouest), Lodz (centre), Katowice (sud-ouest).

Avec AFP

Women massively protest across 100 cities in #Poland Thousands of women protest in Warsaw. #womenrights #warsaw #CzarnyWtorek #StrajkKobiet pic.twitter.com/FFEAKIYBmO- Karolina Stawinska (@kstawinska) 3 octobre 2017

One year ago, tens of thousands of women took to the streets in Poland, forcing lawmakers to abandon a proposed abortion ban. #CzarnyWtorek pic.twitter.com/DSP0arS2Gj- CenterforReproRights (@ReproRights) 3 octobre 2017

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet