Lors de son discours à l'Assemblée nationale jeudi 19 novembre, Manuel Valls évoque "une guerre nouvelle". Une guerre "extérieure et intérieure où la terreur est le premier but". Le Premier ministre détaille : "Le front se déplace constamment et se retrouve au milieu de notre vie quotidienne", et ajoute : "Il ne faut rien exclure, il peut y avoir le risque d'armes chimiques ou bactériologiques".

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés