Vidéo associée: 

Publié le 06/06/2015

Manuel Valls fustige "la plainte permanente, le discours anxiogène" du Medef

Corps: 

On est loin du "J'aime l'entreprise !" prononcé en août 2014 par Manuel Valls en ouverture de l'université d'été du Medef.

Face aux socialistes, Manuel Valls a été très clair vis-à-vis du patronat : "La base du dialogue social, c'est tenir ses engagements. Aujourd'hui, qui joue le jeu ?" interroge-t-il avant de citer dans le syndicalisme "ceux qui recherchent des solutions concrètes et négociées, des compromis équilibrés, marquent des points. Tout simplement parce qu'ils sont en phase avec les attentes des salariés, lucides sur la nécessité de changer".

"Nous attendons autre chose du patronat" (Valls)

En revanche "certains représentants du patronat" ne sont pas épargnés : "Lorsque j'écoute certains dirigeants du Medef, qu'est-ce que j'entends ? Une plainte permanente, un discours anxiogène sur la peur d'embaucher. "Nous attendons autre chose !" poursuit le Premier ministre en citant par exemple "Une attitude d'entrepreneur, un discours sur l'envie d'investir, de se battre sur les marchés, d'innover, de former des jeunes, d'embaucher, un sens des responsabilités, un patriotisme, au niveau de l'effort consenti par la Nation.".

Manuel Valls a prévenu les représentants du patronat : "Des engagements ont été pris, signés même, en contrepartie des aides du Pacte de responsabilité et de solidarité. Nous évaluerons, avec les partenaires sociaux et les parlementaires, la tenue de ces engagements. Ce rendez-vous approche : chacun prendra ses responsabilités, le Gouvernement prendra les siennes !" a-t-il conclu.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité