Les personnels de plusieurs services d'urgence se mobilisent pour dénoncer des urgences saturées et à bout de souffle. Près d'une centaine d'hôpitaux sont actuellement en dispositif "hôpital sous tension" et font face à une situation critique notamment devant l'afflux de patients. À l'hôpital de Sainte Musse à Toulon, Cyril, infirmer urgentiste depuis 4 ans, est en grève mais réquisitionné pour assurer la continuité des soins. "Je vois une cinquantaine de patients par jour ce qui se résume à six patients par heure", explique-t-il. Selon lui, la situation est "difficilement gérable" pour assurer "une qualité de soin et une surveillance continue". Une lettre ouverte, signée par plusieurs praticiens de toute la France, a été envoyée à la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Des syndicats attendent d'être reçus depuis bientôt 6 mois.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés