Pour le député socialiste Thierry Mandon, la ministre évincée Delphine Batho a simplement "manqué à la solidarité gouvernementale". "Durant sa conférence de presse, elle a hésité entre deux thèses: son licenciement parce que des lobbies voulaient sa tête et le choix de la démission devant un tournant du gouvernement", a-t-il analysé. Mais pour lui, rien de tout cela.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés