Invité à s'exprimer sur le projet de loi sur le renseignement, contesté par de nombreuses entreprises du numérique, le président du Syntec numérique Guy Mamou-Mani a expliqué qu'il s'agit d'une "surveillance de masse" pour "peut-être réussir à remarquer une activité terroriste".

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés