Désigné parmi les 36 communes ne respectant pas le quotas de logements sociaux et sanctionné d'une amende de 130.000 euros, le maire de Saint-Privat-des-Vieux se défend de ne pas installer des logements sociaux dans des secteurs déserts et éloignés de tout commerce. A Saint-Maur des Fossés, dans le Val-de-Marne, la donne est différente. C'est un choix délibéré pour privilégier les pavillons et les immeubles déjà présents.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés