Le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi a proclamé lundi la victoire de son armée à Mossoul "sur la brutalité et le terrorisme" du groupe jihadiste État islamique (EI), estimant qu'elle marquait l'"effondrement" de son État fictif. Il aura fallu trois ans à l'armée irakienne pour reprendre possession de cette ville, la deuxième d'Irak, après Tikrit, Ramadi et Falloujah. Avec quelles conséquences pour l'avenir du groupe jihadiste ?

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés