Vidéo associée: 

Publié le 05/09/2017

Lexode des Rohingyas continue

Corps: 

En Birmanie, l'ONU craint désormais une catastrophe humanitaire pour les Rohingyas, une minorité musulmane persécutée depuis des années. En vingt-quatre heures ce sont près de 37 000 personnes qui ont fui le pays pour se réfugier au Bangladesh après une escalade de la violence.
Au total plus de 125 000 réfugiés s'entassent désormais à la frontière en espérant de l'aide.

Rohingyas : 123.600 réfugiés ont fui la Birmanie pour le Bangladesh depuis le 25 août, dont 37.000 ces dernières 24 heures, selon l'ONU #AFP pic.twitter.com/O7sMFB9GOr- Agence France-Presse (@afpfr) 5 septembre 2017

Phil Robertson, directeur adjoint pour l'Asie de Human Rights Watch : 'Nous à Human Rights Watch nous ne pensons pas qu'un génocide est en train de se produire. Mais il y a une nouvelle tendance inquiétante : il y a des indications selon lesquelles des mines terrestres ont été posées par des militaires birmans et, si c'est le cas, nous ne parlons pas seulement de cruauté, mais de ciblage indiscriminé des civils essayant de fuir une situation dangereuse '.

Mardi des manifestations de soutien aux Rohingyas ont eu lieu en Inde et en Russie et la pression s'accentue sur le gouvernement birman d'Aung San Suu Kyi. La Prix Nobel de la Paix est sévèrement critiquée pour sa gestion de la situation.

Calvaire des Rohingyas en Birmanie : Malala dénonce le silence d'Aung San Suu Kyi https://t.co/SsZKGis0GS pic.twitter.com/uTnAoHNR2F- L'Obs (@lobs) 4 septembre 2017

Depuis des années, les autorités birmanes considèrent les Rohingyas comme des immigrés illégaux alors qu'ils vivent en Birmanie depuis des générations.

Avec Agences

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet