Les talibans ont revendiqué, dimanche 21 janvier 2018, l'attaque de l'hôtel Intercontinental de Kaboul. L'établissement de luxe avait été investi la veille, vers 21h, par "cinq de nos moudjahidines en quête de martyr", a précisé leur porte-parole, Zabiullah Mujahid, dans un communiqué diffusé par email.
Le commando avait alors déclenché une explosion et tiré "au hasard" sur des clients, selon de premiers témoignages. Les forces spéciales, aidées de celles de l'Otan, sont parvenues à prendre possession des lieux douze heures plus tard, après avoir abattu tous les assaillants.

Un bilan provisoire établi par les autorités fait état de six tués par les terroristes, cinq Afghans et une étrangère, dont la nationalité n'a pas été précisée. Cent-vingt-six personnes ont été secourues, dont 41 étrangers", a précisé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Najib Danish.

Le dispositif de sécurité dans cet établissement propriété de l'Etat afghan, sans lien avec la chaîne qui gère les hôtels du même nom, avait été revu début janvier, avec une nouvelle compagnie. La facilité avec laquelle les assaillants l'ont déjoué pose question. De plus, selon un salarié de l'hôtel, "Les gardes se sont sauvés sans combattre, ils n'ont pas riposté, ils n'avaient aucune expérience."

Par ailleurs, des mises en garde précises avaient été lancées depuis 48 heures sur le risque d'attaques contre des lieux fréquentés par les étrangers. Elles avaient conduit les Nations unies et certaines ambassades à décréter l'état d'alerte.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés