Présenter le 20 heures de la première chaîne d'Europe n'est pas chose facile tous les jours, d'autant plus quand les invités ne jouent pas le jeu. Ce n'est pas Gilles Bouleau qui dira le contraire. Si la plupart du temps, l'alchimie est bien là, il y reconnaît qu'il y a de temps en temps quelques rendez-vous manqués. "Comme disait Mike Wallace, un des plus grands intervieweurs au monde, "il faut être deux pour danser le tango". Il arrive que certains invités n'aient pas envie de danser", analyse le présentateur du 20 heures de TF1 dans une interview accordée au Parisien Week-end avant de citer l'exemple de Michelle Pfeiffer et Robert De Niro. "Ils étaient stressés, ils jouaient dans le film "Malavita", qu'ils n'avaient pas envie de défendre. Rien ne s'est dit. C'était plat", révèle dans le magazine Gilles Bouleau qui a aussi eu du mal avec certaines personnalités politiques. "Avec Pierre Moscovici, alors ministre de l'Economie, en décembre 2012, je peinais à lui arracher quelques réponses", admet dans Le Parisien Week-end le journaliste qui reconnaît qu'il lui arrive de rire de certains politiques lors des conférences de rédaction. Des petites blagues qui ne seront jamais diffusées dans le JT.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés