Le FMI a laissé à Athènes jusqu'au 30 juin pour rembourser 1,6 milliards d'euros. À quelques jours de l'échéance, les Grecs sont partagés entre la fierté de voir que leur gouvernement ne plie pas face aux institutuions et la crainte des conséquences qu'entraînerait une sortie de la zone euro.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés