C'est sur un fond de tension au sein de la majorité qu'a débuté ce mardi 17 octobre l'examen du budget autour de la réforme de l'impôt sur la fortune (ISF). Contrôle de la réforme, oubli des mesures sociales prises par le gouvernement, certains députés de la majorité font entendre leur désaccord, jugeant que la suppression de cet impôt n'est pas le meilleur signal possible en début de quinquennat. "Si au bout de trois ans tout le monde s'amuse à s'enrichir et à s'acheter sa villa, et bien on remet l'ISF", explique François-Michel Lambert, députée LaREM des Bouches-du-Rhône. Malgré leur réserve sur la suppression de l'ISF, ces quelques élus réfractaires ne devraient pas aller jusqu'à s'opposer au budget proposé par le gouvernement. Avec une majorité de près de 400 élus, le texte devrait être largement adopté.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés