Privatisations, libéralisations de plusieurs professions, fin des retraites anticipées... voilà de quoi sera faite la potion amère des Grecs car Alexis Tsipras va maintenait devoir appliquer les mesures prévues par le mémorandum de juillet.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés