Contre l'avis de son président Nicolas Sarkozy, l'UMP a opté "pour le ni-ni" à l'issue du bureau politique consacré à la législative partielle du Doubs. Un désaveu pour l'ancien chef de l'Etat, revenu l'an dernier en politique.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés