Le gouvernement du Soudan du Sud, pays indépendant depuis 2011 seulement, et les rebelles ont signé, dimanche, à Khartoum, la capitale soudanaise, un accord final sur le partage du pouvoir. Dans un pays ravagé par une guerre civile meurtrière , le président Sud-soudanais a appelé à l'unité.

" Nous devons nous consacrer à l'union de notre peuple et travailler pour un transfert pacifique du pouvoir à travers les urnes plutôt que par les balles et les armes ", a dit Salva Kiir.

L'accord verrait Riek Machar réintégré en tant que vice-président du Soudan du Sud. Le chef rebelle a lui aussi appelé à continuer les efforts déployés pour arriver à la paix.

" Quelqu'un a dit que le diable est parfois intégré dans la mise en oeuvre. S'il n'y a pas de volonté politique, même si nous signons de beaux accords, si ces derniers ne sont pas appliqués, ce sera comme si nous n'avions rien faits ", a ajouté Riek Machar.

La prochaine étape est un accord de paix. Les négociations en ce sens vont se poursuivre à Khartoum. Une fois qu'il sera signé, les belligérants auront trois mois pour former un gouvernement de transition qui devrait être composé de 35 ministres, 20 du groupe de Salva Kiir et neuf de celui de Riek Machar, le reste représentant les autres groupes.

Ce gouvernement devra ensuite s'atteler à redresser un pays meurtrie par un conflit qui a fait des dizaines de milliers de morts, près de quatre millions de déplacés et qui a provoqué une dramatique crise humanitaire.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés