4 vues

Deux semaines après les attentats de Paris du 13 novembre, la stupéfaction a laissé place aux réactions politiques pour faire face à la terreur voulue par Daech, mais aussi au recueillement.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés