Vidéo associée: 

Publié le 19/10/2017

Le Québec interdit les visages couverts et donc le voile intégral

Corps: 

Après nombre de pays européens, et deux ans de tergiversations, le Québec, province francophone du Canada, vient d'interdire la dissimulation du visage dans les services publics. L'argument sécuritaire est avancé, les fonctionnaires, comme les citoyens devront s'y conformer dès le 1er juillet 2018. En clair, toute personne venant dans une administration, montant à bord d'un bus se rendant dans une école ou un hôpital devra avoir le visage découvert, en conséquence, elle ne pourra donc pas porter la burqa ou le niqab.
Le parti québécois estime que cette loi a été voté au détriment du vivre-ensemble québécois. Le chef du Nouveau parti démocratique, Jagmeet Singh la dénonce :

'Nous ne pouvons pas avoir un Etat qui dise aux gens ce qu'ils doivent ou non porter. Et notamment, quand l'application de la loi impactera plus certaines personnes que d'autres et de façon disproportionnée. Pour moi, cette loi est discriminatoire et brise l'un des principes fondamentaux des droits de l'homme.'

Là où le bât blesse, c'est que cette loi portée par les libéraux n'interdit pas le port de signes religieux par les fonctionnaires, ni le crucifix trônant à l'Assemblée nationale du Québec. Le port du voile intégral indirectement visé par cette loi 62 sur la neutralité religieuse passe donc d'autant plus mal auprès des défenseurs des droits de l'homme et des partisans de la laïcité.

Avec le projet de loi 62, le Parti libéral du Québec glisse dans l'incohérence. #polqc #PL62 #Bill62 #qcpoli pic.twitter.com/MU9HsjvMW9- Québec solidaire (@QuebecSolidaire) 18 octobre 2017

Quebec has became the first place in North America to ban face coverings for public servants: https://t.co/bgE3laO9D6 pic.twitter.com/5EHrc2nneR- VICE Canada (@vicecanada) 18 octobre 2017

A defence of Quebec's face veil ban https://t.co/pcqlsrom5E pic.twitter.com/bHRT666zfn- Cabot Mackenzie (@cabotmackenzie) 18 octobre 2017

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet