Le quartet pour le dialogue national tunisien a reçu jeudi matin à Oslo la médaille et le diplôme du prix Nobel de la paix.

Quatre représentants ont tour à tour pris la parole, pour quatre organisations : le syndicat historique UGTT, la confédération patronale UTICA, la Ligue de Défense des Droits de l'Homme et l'Ordre des avocats tunisiens.

Le comité norvégien a voulu rendre honneur à leur initiative de mettre en place un long et difficile processus de dialogue national, à un moment ou le pays était secoué par des troubles et des assassinats politiques

'Aujourd'hui, nous avons vraiment besoin de faire de la lutte contre le terrorisme une priorité absolue, ce qui requiert d'être persévérant au niveau de la coordination et de la coopération entre toutes les nations pour assécher les ressources qu'il utilise', a déclaré Hussein Abassi, secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail.

Ce prix vise aussi à encourager la Tunisie, qui a connu cette année deux attentats terroristes sanglants.

La chanteuse engagée tunisienne Amel Mathlouthi a interprété la chanson 'Ma parole est libre', devenue l'un des hymnes du printemps arabe.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés