L'enquête ouverte par le parquet de Catane contre l'ONG, son fondateur, le chef de mission et le capitaine du navire fait suite à une opération de secours survenue il y a quelques jours.

Jeudi dernier, les garde-côtes italiens ont signalé deux embarcations en difficulté à l'Open Arms, qui s'est rendu sur les lieux et a commencé à porter secours aux migrants. Mais Rome a ensuite prévenu le navire que les garde-côtes libyens prenaient la coordination des opérations et une vedette libyenne est arrivée sur place. L'ONG Open Arms a cependant refusé de transférer sur la vedette libyenne les migrants qu'elle avait secourus et a mis cap au nord.

Après avoir évacué vers Malte, une mère et son nouveau-né ayant besoin de soins urgents, l'Open Arms a continué sa route vers l'Italie, où les autorités ont expliqué avoir accepté son entrée samedi "compte tenu des conditions précaires des migrants à bord".

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés