Lundi, le secrétaire d'État au budget Christian Eckert a demandé la "réserve des votes", c'est-à-dire le report des votes sur le projet de loi de financement rectificative de la Sécurité sociale, à la surprise générale. Le gouvernement craignait de ne pas disposer de la majorité loyaliste dans l'hémicycle, d'autant que les amendements au PLFRSS proposés par les "frondeurs" socialistes l'inquiétaient.

Elsa Mondin-Gava

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés