Vidéo associée: 

Publié le 20/03/2018

Le Festival du film sur les droits humains 2018 fête l'universalité

Corps: 

À Genève, le Festival du film et forum international sur les droits humains a livré son palmarès 2018. Aux côtés du documentaire, la fiction est elle aussi récompensée pour son propos sur les valeurs humaines. Et cette année, le Grand Prix de la meilleure fiction a été attribué aux Versets de l'oubli du réalisateur iranien Alireza Khatami.

Dans cette parabole philosophique tournée au Chili, le gardien d'une morgue interprété par l'espagnol Juan Margallo se donne pour mission d'offrir un enterrement digne à une jeune femme tuée par des miliciens. Ce qui ravivera chez le vieil homme, de douloureux souvenirs.

'C'est une histoire universelle parce que la notion de perte nous parle à tous, quel que soit l'endroit d'où l'on vient, estime le réalisateur Alireza Khatami. Tout le monde sait que c'est une telle souffrance de perdre quelqu'un qu'on aime,' renchérit-il.

Opacité d'internet

La Fondation de Barbara Hendricks pour la Paix et la Réconciliation a de son côté, primé The Cleaners de Moritz Riesewieck et Hans Block. Les deux réalisateurs allemands interrogent sur l'univers opaque de ceux qui trient les contenus mis en ligne sur le web pour effacer les traces de violence, pornographie et politique.

'Cette scène virtuelle n'est pas organisée de manière démocratique, souligne Moritz Riesewieck avant d'ajouter : ce n'est pas un Parlement ou une institution - comme dans une démocratie - qui décide qui a le droit d'y apparaître et quels propos on a le droit d'y tenir, c'est un petit cercle de gens dans la Silicon Valley qui décide et qui sous-traite ensuite à de jeunes Philippins, le contrôle et la gestion de tout cela.'

Le poids de la guerre sur les enfants

Le Prix du jury des Jeunes dans la catégorie documentaire est allé à un film déjà lauréat de plusieurs prix européens : The Distant Barking of Dogs. Dans son documentaire, le danois Simon Lereng Wilmont suit une année de la vie d'un garçon de 10 ans qui habite avec sa grand-mère à un kilomètre du front du Donbass dans l'est de l'Ukraine. Avec réalisme et poésie, le film fait prendre conscience du poids de la guerre sur le quotidien des enfants.

Ce documentaire a remporté le prix Meilleure Première Apparition 2017 du Festival international du documentaire d'Amsterdam (IDFA) et l'Alexandre d'Or 2018 du Festival du documentaire de Thessalonique.

Quelque 35.000 personnes ont assisté aux projections et débats lors de ce Festival du film et forum international sur les droits humains 2018 à Genève.

. Aux côtés du documentaire, la fiction est elle aussi récompensée pour son propos sur les valeurs humaines. Et cette année, le Grand Prix de la meilleure fiction a été attribué aux Versets de l'oubli du réalisateur iranien Alireza Khatami.

Dans cette parabole philosophique tournée au Chili, le gardien d'une morgue interprété par l'espagnol Juan Margallo se donne pour mission d'offrir un enterrement digne à une jeune femme tuée par des miliciens. Ce qui ravivera chez le vieil homme, de douloureux souvenirs.

'C'est une histoire universelle parce que la notion de perte nous parle à tous, quel que soit l'endroit d'où l'on vient, estime le réalisateur Alireza Khatami. Tout le monde sait que c'est une telle souffrance de perdre quelqu'un qu'on aime,' renchérit-il.

La dictature d'internet

La Fondation de Barbara Hendricks pour la Paix et la Réconciliation a quant-à-elle primé The Cleaners de Moritz Riesewieck et Hans Block. Les deux réalisateurs allemands interrogent sur les pratiques dictatoriales de ceux qui trient les contenus mis en ligne sur le web pour effacer les traces de violence, pornographie et politique.

'Cette scène virtuelle n'est pas organisée de manière démocratique, souligne Moritz Riesewieck avant d'ajouter : ce n'est pas un Parlement ou une institution - comme dans une démocratie - qui décide qui a le droit d'y apparaître et quels propos on a le droit d'y tenir, c'est un petit cercle de gens dans la Silicon Valley qui décide et qui sous-traite ensuite à de jeunes Philippins, le contrôle et la gestion de tout cela.'

Le poids de la guerre sur les enfants

Le Prix du jury des Jeunes dans la catégorie documentaire est allé à un film déjà lauréat de plusieurs prix européens : The Distant Barking of Dogs. Dans son documentaire, le danois Simon Lereng Wilmont suit une année de la vie d'un garçon de 10 ans qui habite avec sa grand-mère à un kilomètre du front du Donbass dans l'est de l'Ukraine. Avec réalisme et poésie, le film fait prendre conscience du poids de la guerre sur le quotidien des enfants.

Ce documentaire a remporté le prix Meilleure Première Apparition 2017 du Festival international du documentaire d'Amsterdam (IDFA) et l'Alexandre d'Or 2018 du Festival du documentaire de Thessalonique.

Quelque 35.000 personnes ont assisté aux projections et débats lors de ce Festival du film et forum international sur les droits humains 2018 à Genève.

Partager cette vidéo :

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité