2500 migrants vivent dans des conditions très précaires dans le camp de Basroch à Grande-Synthe. Le maire de la ville l'avait renommé le camp de la honte. Un nouveau terrain de la commune devait accueillir ces personnes dans de meilleures conditions dès la mi-janvier. Mais selon la Voix du Nord, le déménagement pourrait finalement être repoussé. Le nouvel endroit "ne satisfait pas aux conditions de sécurité requises" selon la préfecture. En cause, la proximité d'une voie de chemin de fer et d'une autoroute.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés