Publicité

Contenus sponsorisés

À quelques jours de son départ de la Maison Blanche, Barack Obama a annoncé la libération de Chelsea Manning. Cet ancien informateur de Wikileaks voit ainsi sa peine commuée sur décision présidentielle. Les défenseurs de la liberté d'expression applaudissent cette décision, mais le camp républicain, et notamment le sénateur John McCain, déplore une "grave erreur", qui risque "d'encourager d'autres actes d'espionnage".

Publicité