Entre Ankara et Washington, c'est un peu coup pour coup. La Turquie a écroué le pasteur américain Andrew Brunson et l'a récemment assigné à résidence.

Les Etats-Unis ont riposté en instaurant des sanctions financières contre deux ministres turcs, interdisant au passage à tout ressortissant américain de faire affaire avec ces derniers. Mercredi, le ministre turc des Affaires étrangères a donc menacé les Américains de mesures de rétorsion , tandis que la porte-parole de l'administration Trump a dénoncé les agissements du gouvernement turc.

" Le président suit de très près la situation actuelle en Turquie et l'affaire concernant le pasteur Andrew Brunson. Il n'y a, à notre connaissance, aucune preuve que ce dernier ait fait quelque chose de mal et nous pensons qu'il est victime d'un traitement injuste de la part du gouvernement turc ", a dit Sarah Sanders.

L'autre protagoniste dans cette affaire est Fetullah Gülen qui réside aux Etats-Unis et dont la Turquie réclame l'extradition. C'est pour ses liens supposés avec des partisans de ce prédicateur musulman - considéré par Ankara comme le cerveau du putsch manqué de 2016 - que le pasteur Brunson a été arrêté puis emprisonné. Accusé de terrorisme et d'espionnage, il risque jusqu'à 35 ans de prison.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés