Selon Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté et invitée sur le plateau de LCI ce jeudi, la radicalisation des détenus s'effectue essentiellement à cause de la surpopulation carcérale. Celle-ci pourrait notamment atteindre 200% dans certains établissements pénitentiaires.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés