Le "Journal de l'Elysée" ne fait plus rire les députés. Ce compte Twitter qui se présente comme "très parodique" commence à agacer les élus de La République en marche. C'est d'abord la députée de l'Essonne Amélie de Montchalin qui a tiré la sonnette d'alarme. Pour elle, il s'agit davantage de "fake news" que d'humour, car le compte lui a attribué des propos durs sur la fin de vie, qui ont parfois été pris au sérieux. "Assez des fake news qui abiment la parole politique et le débat public, en particulier sur nos aînés. Journal de l'Elysée : qui que vous soyez, officine partisane ou comique du dimanche, merci de supprimer ce tweet qui n'a rien de la parodie et tout du mensonge", dénonce-t-elle sur Twitter. Dans son combat, elle peut compter sur le soutien de plusieurs collègues comme Pierre-Alain Raphan ou Aurore Bergé. "Depuis des semaines, un compte prétendument parodique inonde Twitter faisant croire à des déclarations que des membres de En marche auraient prononcées. Avec captures d'écran de médias à l'appui... Ces tweets circulent, polluent, et nous prêtent des propos mensongers. Stop", a tweeté la députée des Yvelines. "C'est leur communication qui est parodique", répond au Huffington Post le jeune homme d'une vingtaine d'années qui se cache derrière le journal de l'Elysée. "Je n'ai aucune intention de nuire ou d'induire les gens en erreur. J'ai d'ailleurs inscrit la mention "parodie" jusque dans l'intitulé de mon compte", précise au Huffington Post celui qui dit vouloir "pointer du doigt l'absurdité des éléments de langage du gouvernement et de LREM". Depuis la polémique alimentée par Aurore Bergé et ses collègues, il se réjouit d'avoir gagné au moins 1 000 followers.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés